dimanche 18 novembre 2012

Semaine de 40k

Lundi soir, je combattais FrancheTaille et ces Black Templars dans une lutte fratricide avec les Spaces Marines. Un jeu en fond de court, des lance-missiles dans tous les coins. Un festival de son et lumière et pas un seul corps à corps.

Vendredi soir, j'ai initié Atila à la version six de Warhammer 40K. Histoire de varier les plaisirs j'en ai profité pour sortir mes Eldars.
Mon adversaire étant un figuriniste de longue date il a très vite intégré les nouvelles règles et su tirer partie des forces de son armée. J'ai pour ma part appris beaucoup sur ce qu'il ne fallait pas faire avec ma nouvelle composition.



Il ressort de ces deux batailles que les unités de corps à corps ont énormément de mal à atteindre leur cible. Entre les tirs en état d'alerte, les figurines du premier rang qui sont enlevés en priorité et la distance de charge aléatoire, l'approche physique est des plus difficile.
Il me faut donc revoir toutes mes armées pour m'assurer une puissance de feu optimale. Les unités d'attaque rapide redeviennent très intéressantes car elle sont les plus à même  de rentrer en contact avec les troupes adversaires.

Games nous a pondu une nouvelle version qui oblige à revoir les codex. Un bien ou un mal ? Je suis mitigé :
Si l'on fait abstraction du coté mercantile évident de ces modifications, une règle qui ne change jamais est pour moi une règle morte. Jouer dix ans avec les même schémas, les même tactiques risque de m’ennuyer profondément. Il est bon de faire évoluer un système de jeu pour lancer de nouveaux défis, faire travailler notre intellect.
En contrepartie, je reconnais que c'est un investissement temps et parfois argent dont je me passerais volontiers. L'apprentissage de cette nouvelle version et la compréhension des ajustements parfois subtils et de leurs conséquences en terme de jeu sont fastidieux.

Mais ai-je vraiment le choix ?
Si je veux continuer à jouer avec le plus grand nombre de personnes, je dois suivre cette évolution, où bien je décide, en accord avec un ou deux adversaires, de garder l'ancienne règle.

Comme je suis un éternel curieux je vais continuer à suivre les mutations de mes jeux favoris et éviter de me disperser dans de multiples expériences avec des figurines venant d'ailleurs comme "L'art de la guerre" que de valeureux chevaliers pratiquaient à la table voisine, ce vendredi soir. 

1 commentaire: